CRDP

Accueil > Les numéros > DocSciences 16 : Les enjeux de la biodiversité

Décryptage

Les trapps du Deccan, les traces de la crise du Crétacé-Tertiaire

JPEG - 299.2 ko
Les trapps du Deccan, les traces de la crise du Crétacé-Tertiaire. © G. Keller
Les trapps du Deccan (Inde) sont les restes des gigantesques coulées de lave qu’a connues le Crétacé. Seul un tiers du volume subsiste car la lave, en refroidissant, dégage beaucoup de gaz. Ce qui a entraîné des changements climatiques qui ont pu causer la disparition de la plupart des dinosaures.

Un volcanisme exceptionnel est à l’origine de la formation d’une grande province basaltique en Inde, les trapps du Deccan, il y a 65 millions d’années (MA). Cette province s’étend actuellement sur plus de 500 000 km2 sur une épaisseur de plus d’un kilomètre, mais à l’origine, le volume était encore plus important avec plus de 2 millions de km3 et des coulées pouvant atteindre 800 km de long. Aujourd’hui, on sait que la mise en place de ces coulées basaltiques s’accompagne d’émissions dans l’atmosphère de grandes quantités de dioxyde de carbone (CO2) et de dioxyde de soufre (SO2), deux gaz susceptibles de modifier le climat. Ainsi, les émissions de SO2 après conversion en aérosols sulfatés auraient induit, il y a 65 MA, de brefs épisodes de refroidissement globaux alors que le CO2 aurait provoqué un réchauffement de 3 °C à plus long terme, contribuant très probablement à la crise de la biodiversité la plus célèbre de l’histoire de la Terre avec un phénomène d’extinction en masse à l’échelle mondiale et la disparition des dinosaures non aviens (qui n’évolueront pas en oiseaux).