CRDP

Accueil > Les numéros > DocSciences 6 : L’espace pour gérer la Terre

Le cycle de l’eau

JPEG - 97.9 ko
Le cycle de l’eau (© DocSciences – P. Veyret)
En s’élevant au-dessus de la mer, la vapeur d’eau se refroidit et forme des nuages qui, une fois suffisamment chargés d’eau, se transforment en pluie. L’eau s’écoule ensuite vers la mer ou s’infiltre dans le sol.

Le cycle de l’eau traduit les échanges d’eau liquide, solide ou gazeuse entre les différents compartiments du système climatique : atmosphère, océans, lacs, fleuves, glaciers, etc. Ces échanges sont réalisés via des flux verticaux (les précipitations, l’évaporation, la transpiration des végétaux, l’infiltration dans les sols) et horizontaux (l’écoulement dans le réseau hydrographique). Le « moteur » de ce cycle est l’énergie solaire. Sur les terres émergées, ces flux d’eau sont tels que, sur une année, les précipitations sont supérieures à l’évapotranspiration (sur l’océan, c’est l’inverse). Ceci implique un transfert d’eau des continents vers l’océan via l’écoulement des rivières vers l’océan. Sur les continents, l’eau est stockée de façon transitoire dans différents réservoirs : les réservoirs de surface (lacs, fleuves, zones humides, manteau neigeux), dans les premiers mètres du sol et dans les réservoirs souterrains superficiels. Il existe enfin des réservoirs profonds confinés, dont le temps de renouvellement est très long.

En savoir plus

Voir l’animation de cette image

Percolation Écoulement d’eau dans la couverture pédologique sous l’effet de la gravité.