CRDP

Accueil > Les numéros > DocSciences 9 : Les secrets des gènes et de l’ADN

Greffe neuronale dans la maladie de Huntington

JPEG - 85 ko
Greffe neuronale dans la maladie de Huntington (© SHFJ-CEA-CNRS2210)
IRM et TEP sont des outils d’imagerie permettant la reconstruction 3D d’un organe, pour la recherche sur les maladies neurodégénératives. Ici, le cerveau est représenté par superposition d’images anatomiques et fonctionnelles

Face aux enjeux de santé publique que représentent les maladies neurodégénératives, il devient nécessaire de développer et d’évaluer de nouvelles stratégies thérapeutiques. Pour cela, les chercheurs s’appuient sur une panoplie d’outils d’exploration in vivo tels que l’IRM* (Imagerie par résonance magnétique) et la TEP* (Tomographie par émission de positons*). Cette illustration représente une reconstruction en trois dimensions (3D) d’un cerveau de patient atteint de la maladie d’Huntington, et qui a bénéficié d’une greffe de neurones (cf. traits). Cette reconstitution correspond à une superposition d’images anatomiques en provenance d’une source IRM, d’une part, et d’images fonctionnelles obtenues par imagerie TEP, d’autre part. Les couleurs indiquent le niveau d’activité métabolique. Dans ce cas particulier, la consommation de sucre (glucose) en orange reflète un fort métabolisme, donc une activité fonctionnelle importante des greffons. Une expérimentation clinique, visant à démontrer l’efficacité de ce traitement, est en cours en France sur une soixantaine de patients.