CRDP

Accueil > Les numéros > DocSciences 16 : Les enjeux de la biodiversité

Décryptage

De nombreuses villes abandonnent les traitements

JPEG - 214.3 ko
L’arrêt des traitements contre les « mauvaises herbes » favorise la biodiversité en ville © N. Machon/MNHN
En arrêtant le traitement des mal nommées « mauvaises herbes », certains quartiers laissent toutes graines germer et croître.
La diversité s’en trouve favorisée, des végétaux aux petits animaux, en passant par les insectes

De nombreuses villes abandonnent les traitements phytosanitaires pour désherber l’espace public, et pratiquent une gestion différenciée suivant les quartiers et la tolérance de leurs citadins face à cet enherbement spontané. Ainsi une flore diversifiée colonise de nombreux trottoirs. Les espèces végétales les plus représentées dans les rues sont
celles qui supportent les conditions environnementales de la ville (des sols chauds, secs, riches en nitrates par exemple), qui ont des graines très mobiles, capables de voler par-dessus le bitume et de germer dès qu’elles sont en contact avec la moindre quantité de sol.

Sur cette photo, un pied d’arbre d’alignement de la ville d’Épinay-sur-Orge (Essonne) qui présente une diversité floristique importante, où se mêlent flore spontanée (cirse, armoise) et flore horticole (iris), fruit des choix concertés de la municipalité et des habitants de la rue.