CRDP

Accueil > Les numéros > DocSciences 1 : Observer et comprendre les climats

Champ de glace de mer en Antarctique

JPEG - 237.5 ko
Champ de glace de mer en Antarctique (© Legos – Benoît Legrésy)
Aujourd’hui, les surfaces recouvertes de glace ou de neige représentent des dizaines de millions de kilomètres carrés extrêmement fragiles qui réagissent au moindre changement climatique.

Champ de glace de mer au large de la plateforme d’Amery en Antarctique de l’Est. L’effet dominant de la glace sur le climat est dû aux effets de rétroaction (ou « boule de neige »), c’est-à-dire d’autoenchaînement, causés par l’albédo de la glace et de la neige.

L’albédo est la capacité d’une surface à réémettre ou à absorber l’énergie reçue par le Soleil. L’albédo de la neige est compris entre 0,85 et 0,90, c’est-à-dire que 85 à 90 % de l’énergie est réémise et que seulement 10 à 15 % est absorbée. Au contraire, celui de la mer libre de glace ou d’un corps déneigé est autour de 0,20-0,30, c’est-à-dire qu’environ 75 % de la chaleur est absorbée et 25 % renvoyée.

Autrement dit, lorsqu’une surface se libère de ses glaces ou de sa neige, elle absorbe quatre à cinq fois plus de chaleur qu’auparavant. Cet effet est d’autant plus important que les surfaces recouvertes de glace ou de neige représentent des dizaines de millions de kilomètres carrés extrêmement fragiles dans le contexte actuel.