CRDP

Accueil > Les numéros > DocSciences 15 : Entre les hommes et les machines Automatique et traitement du (...)

Décryptage

Assistance à domicile : portrait-robot

JPEG - 130 ko
Le « robot compagnon PR2 »
Le « robot compagnon PR2 » apporte un téléphone à une personne au sol. Ce robot est développé par le Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes (Laas) à Toulouse (UPR8001). © CNRS Photothèque - FRESILLON Cyril.

La « domotique » tend à rendre autonome le fonctionnement de nos habitations en contrôlant nombre de besoins. Par exemple, grâce à des outils de détection, de mesure… elle permet d’améliorer la gestion de l’énergie (chauffage, éclairage, consommation d’eau…), de la sécurité (alarme)… Les robots font partie de cette évolution de l’habitat, en se substituant à l’homme pour certaines tâches (comme le robot aspirateur) et l’aident en situation d’incapacité et de handicap.

Grâce aux recherches, l’évolution de ces robots équipés de moyens technologiques de communication et d’action très sophistiqués rendent plus autonomes les personnes dont les paramètres vitaux sont sous surveillance par exemple. Pour cela le robot possède de nombreux capteurs et des moyens d’information entre les individus et leur environnement afin de prendre les décisions pour agir au mieux. Le robot effectue des actions à la demande de son propriétaire, il détecte les situations dangereuses, il appelle les secours et peut fournir des diagnostics pour préparer l’action des sauveteurs. Ici, on voit le « robot compagnon PR2 » qui apporte un téléphone à un homme au sol. Il est adaptable et configurable pour effectuer une multitude d’actions afin de couvrir le plus grand nombre de besoins. Sa programmation est libre et ouverte à tous (open source).

Alain Contesse, technologie

Assistance à domicile : portrait-robot

La France, comme d’autres pays industrialisés, est confrontée à une problématique majeure, celle du vieillissement de la population. Elle compte en 2013 plus de 6 millions de personnes de plus de 75 ans. Avec cette évolution inéluctable de la démographie, le nombre des individus en situation de perte d’autonomie, voire de dépendance, va augmenter. Une des solutions bien identifiée pour réduire les coûts pour une même qualité de service est, dans le cas des personnes âgées, le développement du maintien à domicile. En simplifiant la problématique, deux cas sont à examiner :

  • celui des personnes « fragiles » qui ont toutes leurs facultés intellectuelles et physiques qu’il convient de préserver d’accidents risqués ou qu’il s’agit de suivre avec des indicateurs de bonne santé ;
  • celui des personnes dépendantes qui ont à faire face à des risques immédiats de chutes, de fugues, d’accidents ménagers…

L’« habitat intelligent » serait une partie de la réponse, notamment avec une surveillance à domicile conçue avec les patients et les spécialistes soignants. Le déploiement de dispositifs de capteurs répartis en réseaux interconnectés pour la surveillance de paramètres comportementaux ou physiologiques pertinents permet de détecter des risques et dangers, par exemple en comparant la situation courante avec la situation « prédite » par un modèle d’apprentissage des évènements passés habituels. La robotique a là toute sa place comme outil de supervision et peut permettre aussi de compléter ces dispositifs en apportant des premiers secours d’assistance, par une intervention rapide auprès de la personne.

Même si actuellement le seul robot à s’installer progressivement dans nos maisons est le robot domestique (robot aspirateur principalement), plusieurs travaux de recherche s’orientent sur un robot d’assistance doté d’une intelligence artificielle pour interagir de façon adéquate avec l’homme. Les robots humanoïdes, bien que d’élaboration complexe et de coût élevé, lèvent les réticences en humanisant les rapports entre l’homme et la machine. Aujourd’hui, la domotique et la robotique s’associent pour rendre de multiples services, faire office de « robotique de compagnie » mais aussi permettre une aide et une assistance de tous les instants capables de s’adapter à l’environnement, d’apprendre dans le temps, de réaliser certaines actions, de porter, d’apporter... Ce domaine est toutefois encore un domaine vaste et inexploré pour les chercheurs scientifiques mais peut devenir rapidement réalité.

Éric Campo, professeur à l’université de Toulouse II - Le Mirail, chercheur au Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes (Laas-CNRS).

Dans les programmes

Collège

Technologie

Collège - 4e

La domotique et le confort de l’habitat sont enseignés en technologie au travers de l’étude de l’analyse et de la conception d’objets techniques de la domotique, des matériaux mis en oeuvre, des énergies utilisées, de l’évolution de l’objet technique et de processus de réalisation d’un projet.

Lycée - Série STI2D

BTS - Séries Domotique, Électrotechnique et Systèmes électroniques

La domotique étudie la gestion des énergies, l’utilisation des systèmes d’informations. Elle est explorée dans les spécialités « EE, Énergies et environnement », « AC, Architecture et construction » et « SIN, Systèmes d’information et numérique ». L’étude d’un ensemble de solutions est utilisée pour la réalisation d’un projet, épreuve d’examen. Les BTS « Domotique », « Électrotechnique » et « Systèmes électroniques » approfondissent l’étude dans ce domaine.