Bluebot, des objectifs différents selon les niveaux de classe École élémentaire René-Descartes, Fontenay-le-Fleury (78)

Publié le

Utiliser l’automate Bluebot en CE1, CE2 et CM2.
Activités et objectifs différents.
Créer des défis inter-âges.

Annabelle Le Saux, professeure à l’école élémentaire René-Descartes à Fontenay-le-Fleury (78) a emprunté un kit d’automates Bluebot. Voici son retour d’usage du matériel en classe de CE1, CE2 et CM2.

Aspects techniques

Concernant les élèves de CE1 et CE2, Bluebot est très facile à utiliser pour des enfants de 7-8 ans.
Les élèves de CM2 pour la plupart d’entre eux connaissaient cet automate. Les élèves qui ne maîtrisaient pas encore celui-ci se sont fait aider par ceux qui le connaissaient. La prise en main a été rapide et facile.
Bluebot est évolutive pour créer un vrai projet sur plusieurs niveaux de classe.
Avec un même matériel, les enjeux ont été différents sur les 3 classes :

  • CE1 : fonctions de base de la Bluebot ;
  • CE2 : fonctions de base et utilisation du Bluetooth ;
  • CM2 : fonctions de base, utilisation du Bluetooth et création de défis.
    La prise en main pour les enseignantes a été assez facile, il n’y a pas eu de difficulté rencontrée.
    Nous nous étions concertées afin de définir un projet qui visait à la fin de la séquence une rencontre inter-classe avec différents défis à réaliser.
    Les élèves ont pu aborder la notion de repérage et de déplacements dans l’espace. Cela a permis de donner du concret aux exercices qu’ils ont pu réaliser avant lors de séances de géométrie.
    Le point négatif de la Bluebot a été la précision. En effet, le robot a tendance à dévier légèrement quand les élèves font une programmation longue. Ils ont trouvé eux-mêmes comment y remédier en levant le robot et en le remettant correctement en place.

Aspect humain devant l’expérience innovante 

Les CE1, CE2 et CM2 étaient très motivés à manipuler un robot qui s’apparente à un jouet.
Nous avons construit un univers autour de ce robot ce qui permet de le mettre dans des situations très variées et de toujours créer la surprise dans son utilisation.
Nous avons eu une réaction très positive des parents délégués qui ont eu des retours d’enfants contents.

Aspect pédagogique

Ce que ces robots et les logiciels ont apporté :

  • S’engager dans une démarche, observer, questionner, manipuler, expérimenter en mobilisant des outils, en élaborant un raisonnement adapté à une situation nouvelle.
  • Programmer les déplacements d’un robot ou ceux d’un personnage sur écran.
  • Travailler des logiciels d’initiation à la programmation
    Le repérage dans l’espace n’est pas encore acquis pour des enfants de CE1 et CE2 ; la latéralisation est encore hésitante. Par le biais de la Bluebot, les enfants ont pu appréhender les déplacements absolus et relatifs avec beaucoup de facilité du fait de la manipulation. Ceux plus en difficulté ont pu expérimenter les déplacements dans une situation concrète, avec validation ou non par la Bluebot. Ils se sont retrouvés dans de vraies situations de recherche active.

Déroulement de la séquence chez les CM2  
Lors de la phase de découverte, les élèves ont compris que le robot avançait de 15 cm. Ils ont donc chacun réalisé un carré de 15 cm afin de créer des quadrillages pour le déplacement du robot.
Lors de séances suivantes, des groupes ont été créés. Trois groupes devaient résoudre des défis avec les quadrillages déjà faits et des instructions données ; un autre groupe devait créer un défi pour les autres groupes ; enfin deux autres groupes utilisaient un ordinateur afin de travailler sur le logiciel TuxBot. C’est un logiciel qui fait travailler sur le déplacement comme Bluebot, de la même façon.

Lors de la dernière séance en classe, les élèves ont travaillé avec la fonction bluetooth de la Bluebot.
Nous avons installé un logiciel gratuit sur les ordinateurs de la classe, (http://www.easytis.com/fr/tts/299-robot-blue-bot-eco-taxe-005-ht.html) qui permet de contrôler le robot à distance avec le Bluetooth.
Il y a également la possibilité de prendre en photo le quadrillage et de l’inclure dans le logiciel en tant que « fond d’écran ». il suffit de sélectionner le nombre de colonnes et de lignes dont nous avons besoin.
Cela permet de visualiser le quadrillage en concret et sur l’écran grâce à un vidéoprojecteur.

Enfin, la dernière séance fut le défi inter-classe.
Nous avons choisi de créer des groupes inter-âge. Les défis ont été réalisés sur différents quadrillages mais également sur le logiciel TuxBot.
Lors de la rencontre à 3 classes, les 3 niveaux ont été mélangés et constitués en groupe de 6 à 7 enfants qui ont très bien fonctionné. Les défis lancés ont été résolus avec motivation, concentration, recherche active et approfondie.

Annabelle Le Saux, professeure
École élémentaire René-Descartes, Fontenay-le-Fleury (78)

Matériel emprunté dans le cadre de Créatice