Découvrir le code de l’écrit en maternelle avec des tablettes École maternelle Robespierre, Nanterre (92)

Publié le

Un outil très intuitif pour les enfants. Quelques applications très simples à utiliser.

Voici le retour d’usage d’Élodie Derel, professeure.
L’école maternelle Robespierre de Nanterre, a eu la chance de bénéficier d’un prêt de 8 ipads pendant 4 semaines.
 
Sur les 10 enseignants de l’école, 

  • 1 enseignante de GS les a utilisés quotidiennement en ateliers autonomes, en ateliers dirigés, en APC
  • 2 enseignants (MS et GS) les ont proposés en APC à leurs élèves à 2 ou 3 reprises
  • 2 enseignants (MS et GS) les ont proposés ponctuellement
  • les enseignants du Dispositif moins de 3 ans et les enseignants de PS n’ont pas eu le temps de les utiliser.
     

Aspect technique

Les élèves s’approprient l’outil très intuitivement, même ceux qui n’ont pas de tablette chez eux. L’outil leur a été présenté une seule fois en petit groupe (allumer, éteindre, ouvrir une application, se connecter, monter le volume). Ensuite ils étaient complètement autonomes.
Nous avions choisi de travailler plus particulièrement la connaissance des lettres, l’encodage, la conscience phonologie et syllabique. Les applications sélectionnées impliquaient que l’élève puisse entendre les sons émis par la tablette. Les enfants se mettaient alors dans le couloir pour travailler, l’espace classe devenant rapidement trop bruyant. Des casques individuels auraient pu faciliter la tâche.
Enfin, certaines applications nécessitaient une connexion internet que nous n’avions pas.
 

Aspect humain

L’arrivée des tablettes a provoqué beaucoup d’excitation et la première semaine a été consacrée à la gestion des conflits liés à la frustration de devoir attendre son tour. Les 3 semaines suivantes, les enfants rassurés de savoir que les tablettes n’allaient pas "partir", qu’elles étaient à leur disposition tous les jours, ont commencé à travailler sereinement et à partager.
 

Aspect pédagogique

Nous avons laissé quelques applications de jeux ludiques et pédagogiques, une de dessin et avons incité les élèves à travailler sur Phonémo et La magie des mots.
Les enfants sont d’abord attirés par la nouveauté de l’outil et testent toutes les applications. Ils ont beaucoup apprécié le retour direct que leur renvoie l’application La Magie des mots lorsqu’ils encodent. Ensuite le professeur leur a proposé des listes de mots à encoder, de difficultés croissantes. Les enfants ont progressé dans leur conscience phonologique.
Toutefois, alors que certaines applications le prévoyaient, il nous a été difficile de mettre en place un suivi individuel des progrès.
Nous avons beaucoup regretté de ne pas avoir plus de temps pour investir l’outil dans toutes ses fonctionnalités : prise de photo, enregistrement de langage, création d’albums via Bookcreator. Nous nous sommes limités à l’utilisation d’applications clés en main. 
Des enseignants auraient souhaité s’approprier l’outil en amont en ayant accès à une formation. Un enseignant a trouvé que les enfants zappaient d’applications en applications sans prendre le temps d’approfondir. 2 à 3 séances ne suffisent pas à permettre une utilisation pédagogiquement efficace de l’outil. La mise à disposition quotidienne est plus pertinente pour observer des progrès significatifs et sur un temps plus long pour mettre en place une utilisation liée aux projets de classe et non une simple consommation d’applications.

 
Élodie Derel, professeure
École maternelle Robespierre, Nanterre (92)

Matériel emprunté dans le cadre de Créatice