Apprentissage de l’anglais en élémentaire avec des baladeurs
Ecole élémentaire Le Lac de Voisins-le-Bretonneux (78)

Publié le

Utilisation d’une solution de baladodiffusion pour enseigner une langue vivante étrangère.

Monique Parpaillon a expérimenté, du 20 février au 28 mars 2017 en classe de CE1/CM1, l’utilisation d’une solution de baladodiffusion.

Nous vous proposons ci-dessous son retour d’usage.

Aspects techniques

Le mardi matin, la classe est composée de 22 élèves de CM1 et 5 élèves de CE1. Les CE1 sont en relative autonomie, pendant que les CM1 sont en anglais puis en sciences. Le fait d’emprunter ce matériel m’a permis de laisser la moitié des CM1 en autonomie, en compréhension de texte, répétition de mots, de structures et en langage oral, pendant que l’autre moitié de la classe a pu travailler sur les 14 ordinateurs de la salle informatique : utilisation d’un ordinateur, internet, résolution de problèmes (site MathKang), puis traitement de texte et tableur, pendant 40 minutes. Au bout de ce temps, inversion des 2 groupes de CM1. Habituellement, les CM1 sont 2 par ordinateur.

Prise en main par les élèves : en une séance, les élèves ont acquis l’usage des baladeurs : écouter un enregistrement, s’enregistrer dans le menu « mémos vocaux », visualiser une vidéo.

Problème rencontré dans la gestion de classe : obtenir que les élèves du CM1 utilisent au maximum la langue anglaise lors de leurs enregistrements, ce qui a été le cas pour les exercices de répétition de sons, de mots et d’expressions mais plus rarement lors des enregistrements à 2 où parfois se sont mêlés des mots en français. Inconvénient, la préparation des séances est très importante : recherche des documents sonores correspondant aux compétences à acquérir et à la programmation prévue, adaptation de ces documents (décomposition en plusieurs parties, par exemple) / création de supports écrits. Ensuite l’écoute et l’analyse (rechercher les points de prononciation à corriger, par ex) des enregistrements d’une séance prennent aussi beaucoup de temps.

Aspect humain

Les élèves ont apprécié d’avoir des séances d’anglais différentes, et surtout d’avancer à leur rythme.
Voici quelques témoignages :

  • « J’ai bien aimé le baladeur car les textes étaient bien faits et on pouvait régler le son. »
  • « Les baladeurs étaient une façon d’apprendre l’anglais. C’était super bien ! »
  • « Je suis contente d’avoir utilisé ces objets. »
  • « J’adore m’enregistrer. Et je me suis un peu embrouillé avec les touches et le blocage d’actions. »
  • « J’espère que les prochains CM1 pourront aussi les utiliser. »

Les autres collègues de l’école n’ont pas eu le temps de s’investir dans l’utilisation du matériel (période trop courte).
Les élèves se sont lancés dans les exercices sans appréhension. Leurs progrès ont été importants. Ils n’ont pas considéré le baladeur comme un outil scolaire et se sont beaucoup plus impliqués dans leurs apprentissages.

Aspect pédagogique

apport du matériel dans la pratique du cours, démarche pédagogique, apport des TICE
Les 22 élèves, ont des niveaux très différents en anglais, certains s’investissent bien, d’autres ont « peur » de parler devant les autres. Les baladeurs ont permis de lever ce frein.

J’ai réalisé la plupart des séquences selon le schéma suivant :

  • préparation du vocabulaire nécessaire (collectif) ;
  • écoute individuelle d’un court texte (1 à 2 min), autant de fois que nécessaire ;
  • expliquer en français (voire en anglais pour les plus performants), par écrit, ce qu’ils ont compris ; pour les premières séances, confrontation collective de la compréhension ;
  • compléter un texte à trous (vocabulaire ou expression connus) en réécoutant l’enregistrement ; correction (soit collective, au début, soit en auto-correction par la suite) ;
  • texte repris ensuite collectivement ;
  • lecture enregistrée du texte (si dialogue : lecture et enregistrement en binômes), création d’un petit texte sur le modèle écouté (seul ou à 2) puis enregistrement de ce texte (pour 3 binômes) ;
  • écoute d’une petite histoire qui a été ensuite apprise par cœur et interprétée par les élèves (plusieurs groupes) : Goldilocks and the three bears.

L’apport pédagogique de ce matériel est immense ; les progrès réalisés par les élèves sont très importants : prononciation, intonation des phrases, réinvestissement en écrivant des petits textes puis en s’enregistrant, travail à deux sur des dialogues.

Il faudrait pouvoir en bénéficier à l’année de façon à varier les modes d’enseignement de la langue vivante. En effet, la période d’emprunt étant courte (6 semaines), j’ai utilisé au maximum le matériel pendant les séances d’anglais. Et je me suis limitée à l’anglais pour des questions de temps de préparation. Ce serait intéressant de l’utiliser aussi dans d’autres disciplines (orthographe pour aider des élève en difficulté, par ex, ou d’autres élèves, au contraire, à la recherche de plus de complexité ; en histoire pour proposer des documents sonores différents…)


Monique Parpaillon, professeure des écoles à l’école élémentaire Le Lac de Voisins-le-Bretonneux
Emprunt réalisé dans le cadre de Créatice