Programmer un Thymio : l’enthousiasme de toute une école École élémentaire Le village, Montigny le Bretonneux (78)

Publié le

Enthousiasme, motivation, valorisation de tous, travail de coopération, échanges langagiers riches, résolution de véritables situations problèmes...

Sandrine Louet, professeure à l’école élémentaire Le village, à Montigny le Bretonneux, a emprunté un kit de robots Thymio II.
Voici son retour d’expérience.

C’était la toute première fois que j’utilisais des robots programmables dans ma classe. Le fonctionnement m’avait été présenté lors d’une journée de formation TICE, et j’en avais immédiatement parlé à mes collègues. Il me semblait intéressant d’utiliser ce nouvel outil numérique au sein de l’école et de le faire découvrir à un grand nombre d’élèves.

J’ai donc souhaité mettre en place une séquence d’apprentissage dont l’objectif principal était d’être capable d’utiliser un logiciel pour programmer un robot.

S’agissant des aspects techniques, il a été étonnant de voir avec quelle rapidité les élèves se sont emparés du Thymio. Lors de la première séance de découverte, ils ont tenté par groupe de comprendre le fonctionnement du robot. Il est à noter que, lors de cette phase, certains élèves qui éprouvent parfois des difficultés d’apprentissage ont été très intuitifs avec le matériel. Cela leur a permis de montrer, d’expliquer à leurs camarades et de se sentir ainsi valorisés et en réussite.
La seule difficulté technique rencontrée au cours de la période a concerné les dongles (récepteurs). En effet, lorsque l’on souhaitait programmer plusieurs robots à la fois, cela ne fonctionnait que si on raccordait le Thymio de manière filaire à l’ordinateur (problème technique aujourd’hui résolu, ndlr).

S’agissant de l’aspect humain, il est certain que c’est avec beaucoup d’enthousiasme et une grande motivation que les élèves travaillaient lors des séances. La nouveauté, la fascination des enfants de cet âge pour la robotique ont grandement facilité le travail. Mais cette attraction s’est aussi sentie au sein de l’équipe pédagogique. Tous les enseignants de l’école se sont lancés dans le projet, et ainsi c’est l’ensemble des élèves de l’école qui a pu bénéficier de ce prêt. Les quelques retours des parents sur l’utilisation des robots à l’école ont également été très positifs. Les enfants ont beaucoup communiqué à la maison sur ce qu’ils faisaient avec les Thymio.

Dans le document ci-joint, je détaille la séquence mise en place dans ma classe. Je précise juste que dans la mise en œuvre, j’avais décidé de scinder la classe en deux groupes (un groupe en autonomie et l’autre sur le projet Thymio) qui changeaient d’activité au bout de 30 minutes environ.

PDF - 482.6 ko
Séquence Sciences-Programmation


Si je devais faire le bilan, je dirais que l’apport de l’utilisation de robots programmables en classe est multiple. Il permet :

  • un vrai travail de coopération, d’équipe entre les élèves
  • une motivation qui n’a pas failli tout au long de la séquence (les élèves étaient bien déçus de ne pouvoir bénéficier des robots plus longtemps)
  • des échanges langagiers riches, un travail sur le lexique et sur l’importance d’être précis dans l’utilisation des termes
  • la résolution de véritables situations problèmes et la validation des hypothèses grâce aux réactions du robot.
    Ce dernier point est vraiment très intéressant. Les élèves programmaient, activaient le Thymio, validaient ou non leurs hypothèses en observant le robot. Si celui-ci ne faisait pas ce qui était attendu, ils recommençaient, essayaient de comprendre pourquoi le programme imaginé ne permettait pas d’atteindre l’objectif fixé. Les discussions dans les groupes étaient très riches. Ce va-et-vient permanent entre le programme imaginé et la réaction du robot a permis aux élèves de mieux comprendre l’algorithme utilisé par le logiciel, mais a aussi développé chez eux une capacité à anticiper les choses.

Pour conclure, je dirais que cette expérience d’utilisation de robots programmables en classe a été très positive, pour les élèves, comme pour les enseignants. Nous envisageons même sur l’école d’investir prochainement dans ce type de matériel.

Sandrine Louet, professeure
École élémentaire Le village, Montigny le Bretonneux

Matériel prêté dans le cadre de Créatice