La baladodiffusion : énigmes animalières en anglais Collège A. Camus de La Ferté Alais, Essonne (91)

Publié le

Entraîner en anglais les élèves de 6e à faire des inférences à partir du repérage de mots porteurs de sens.

Martine LACAZE, professeur d’anglais au collège Albert Camus de La Ferté Alais (91) a expérimenté la mallette de baladodiffusion BaLibom en avril 2016 pour entraîner ses élèves de 6ème à développer leurs compétences en compréhension de l’oral. Il s’agissait de les encourager à faire des inférences sur le contenu des documents à partir de mots identifiés.
Ce travail repose sur l’application de la démarche scientifique : observation / prise d’indices / émission d’hypothèses / (in)validation.

Documents audio utilisés : six énigmes animalières
Ont été utilisés 6 des 10 enregistrements de l’unité "Animal Talk", Audio Activities for Teens, Nathan (2000) : 1/ le moustique, 3/ le lion, 4/ le singe, 5/ la panthère, 6/ l’hippopotame, 9/ la baleine. Certains passages des enregistrements 4 (le singe) et 6 (l’hippopotame), qui n’étaient pas utiles au but recherché, ont été coupés.
Un intérêt non négligeable de l’utilisation de ces documents audio est qu’ils sont très bien faits grâce à l’utilisation d’acteurs professionnels, et qu’ils font rire les élèves même s’ils ne comprennent pas le contenu.

Tâche demandée sur les documents audio :
« Écoute les énigmes et décide de quel animal il s’agit. »

Déroulé de la séquence en 5 étapes :
1/ Évaluation diagnostique. Écoute collective des 6 énigmes animalières. Remplissage individuel d’une grille d’écoute :

Grille d’écoute pour l’évaluation diagnostique

À ce stade, aucune explication sur les stratégies d’écoute à utiliser n’est donnée. Les élèves remplissent la grille d’écoute sans aucune aide du professeur. On remarquera sans doute que les élèves manquent de confiance en soi pour faire des hypothèses de sens à partir de ce qu’ils comprennent, comme les bruits par exemple.

2/ Apprentissage du lexique à partir de 2 fiches de mots de vocabulaire intitulées « Odd One Out ». Travail d’abord individuel, puis mise en commun en petits groupes, suivie d’une correction collective. Un baladeur par élève pour travailler sur la fiche 2.

Fiche ex 1 "odd one out" pour 2 élèves
Fiche ex 2 "odd one out" pour 2 élèves
Enregistrement "Odd One Out 2"

3/ Entrainement à la compréhension orale. Avant de commencer l’activité, expliquer les stratégies d’écoute avec les élèves en classe entière : noter tous les mots compris ou seulement devinés, faire des hypothèses de sens, réécouter, vérifier les hypothèses. Un baladeur par élève pour travailler sur les 6 énigmes. Travail d’abord individuel, puis mise en commun en petits groupes, suivie d’une correction collective. Les élèves ont rempli la même grille d’écoute que pour l’évaluation diagnostique. En comparant les 2 grilles, le professeur peut évaluer la progression des élèves, tant du point de vue de l’acquisition du vocabulaire que des stratégies d’écoute.

4/ Tâche finale. En petits groupes, rédaction d’une énigme soumise à l’oral à toute la classe par l’un des membres du groupe. Cette rédaction est facilitée par une activité de compréhension écrite en amont qui sert de modèle, intitulée « Who says what ? », et qui nécessite la réécoute ponctuelle des énigmes animalières. Cette réécoute oblige les élèves à faire des repérages précis pour décider si ce qu’ils cherchent se trouve effectivement dans l’enregistrement. Par conséquent, cette activité renforce l’entraînement de la stratégie d’écoute basée sur la méthode scientifique : je fais des hypothèses, je vérifie, je valide ou invalide ma réponse.

Fiche "Who says what ?" pour 2 élèves

5/ Évaluation sommative . Elle a été faite sur un tout autre document dont le sujet était les super-héros, mais il est possible de travailler sur les énigmes 2, 7, 8, et 10 de "Animal Talk" qui n’ont pas été utilisées dans la séquence.

Conclusion : L’évaluation sommative a montré que les élèves, dans leur grande majorité, avaient progressé de manière significative dans leur compétence de compréhension orale parce qu’ils avaient bien assimilé la démarche scientifique proposée.

Martine Lacaze, Professeure d’anglais au collège Albert Camus de La Ferté Alais
Emprunt réalisé dans le cadre de Créatice