Des ardoises Bic en classe de CE2-CM1 Ecole Camille Claudel Triel sur Seine (78)

Publié le

Utilisation des ardoises Bic en français, mathématiques, sciences et en APC (Activités Pédagogiques Complémentaires)

Raphaël Ackermann, professeur des écoles en classe de CE2-CM1, à l’école Camille Claudel de Triel-sur-Seine, a expérimenté la Station Bic 6 plusieurs semaines dans sa classe. Il témoigne de son usage et nous livre ses impressions.

Installation

La station Bic 6, équipée de 6 ardoises, est livrée dans un meuble stable et mobile (sur roulettes) mais le déménagement n’est pas aisé car il est lourd et encombrant. Il ne faut pas hésiter à prévoir un grand coffre et des bras en renfort.
L’utilisation effective a été retardée par un problème technique et elle n’a été que de quelques jours sur les 5 semaines de prêt. En effet, à l’inverse du guide papier très explicite pour l’utilisation du logiciel Bic Connect, il n’y a pas d’éléments concernant les branchements du point d’accès Wifi. J’ai donc pensé que l’erreur venait de mon installation et j’ai cherché plusieurs semaines, contacté le CRDP, qui m’a guidé en vain.
Finalement, le problème concernait les ardoises qui ont dû être reconfigurées par un technicien Bic. L’assistance BIC (dont le numéro de téléphone figure sur la station) a été disponible et efficace, mais les prochains emprunteurs n’auront certainement pas à la contacter car le technicien a qualifié cet incident d’exceptionnel.

Utilisation

Destinées initialement à expérimenter la pédagogie inversée dans ma classe, les ardoises avaient finalement besoin de casques USB pour pouvoir lire et écouter les vidéos. Cette fonctionnalité n’était pas encore disponible au moment du prêt et cela a compromis le projet initial.
J’ai cependant utilisé la station dans plusieurs disciplines : français, mathématiques, sciences… ainsi qu’en APC (activités pédagogiques complémentaires).

Création simplifiée d’un exercice avec des billes de couleur sur lesquelles doivent être déposées les étiquettes-réponses. On paramètre les réponses, le niveau de correction (nombre d’essais, autocorrection), le temps de réalisation…

Diffusion d’une séance avec gestion des ardoises en cours d’utilisation sur l’ordinateur de l’enseignant

Tutorat avec une ardoise BIC

Points positifs

  • Le logiciel enseignant BIC Connect permet une création facilitée d’activités variées (quizz, tableau libre, consultation de documents pdf et d’images, texte à trou, écriture…).
  • La prise en main est rapide et le logiciel intuitif.
  • Ce support numérique permet de proposer des documents variés, en couleur et en quantité pour les élèves (notamment pour ma classe qui ne possède pas de TNI).
  • Les élèves ont précédemment utilisé les ordinateurs de la salle informatique de l’école (depuis le CP) mais pas de TNI. Face à ce nouveau support numérique, ils ont donc montré un grand intérêt.
  • La fonctionnalité de visualisation d’une tablette peut être utilisée pour mutualiser le travail d’un ou de plusieurs élèves.

Exemple d’une situation de géométrie où l’élève identifie le nombre d’axes de symétrie d’une figure

  • L’élève voit clairement chaque figure car elle apparait seule.
  • Les figures sont plus lisibles que sur papier où elles auraient été réduites.
  • Les figures proposées sont plus nombreuses que sur support papier pour lequel le besoin en feuilles aurait été trop important.
  • L’élève se corrige seul (nombre limité d’essais) lorsqu’une erreur est indiquée.
    Remarques :
    Les élèves n’ont pas d’interaction entre eux sur ce travail et j’ai donc veillé à proposer un temps de mutualisation des remarques et observations. Il faut également prévoir d’autres situations en groupe pour ne pas délaisser les échanges nécessaires à l’apprentissage (socio-constructivisme).
  • Certains élèves pouvaient encore prendre la figure sur feuille pour vérifier par pliage la validité d’un axe de symétrie.

Points négatifs

  • En travail de calligraphie, j’ai observé que les élèves se penchaient souvent sur les ardoises BIC. L’écriture n’était donc pas si évidente, notamment pour reprendre précisément un tracé après une levée du stylet.
  • Une fois le travail terminé, les élèves ne pouvaient pas passer l’ardoise BIC directement à un camarade et devaient la reposer dans l’armoire pour réinitialiser le choix d’un nouvel élève, ce qui engendra des trajets inutiles.
  • La version empruntée n’avait alors pas de son. Il n’y a pas de possibilité d’enregistrement car il n’y a ni microphone, ni caméra. Nous ne sommes clairement pas en présence de tablettes et les ardoises BIC souffriraient de cette comparaison.
  • On peut vite arriver à des activités de type exerciseurs qui présentent moins d’intérêt. Le module « Tableau libre » semble donc à privilégier mais dans cette activité, on perd malheureusement la fonctionnalité de l’autocorrection.

Conclusion

Je n’ai pas eu l’opportunité d’expérimenter toutes les possibilités des ardoises Bic, notamment l’utilisation du son à l’aide de casques et la navigation Internet.
Cependant, cette station m’apparaît comme un outil facile à prendre en main par les élèves et les enseignants. La possibilité de personnaliser et de diriger le déroulé des activités s’est révélée utile pour certains élèves et trop contraignante pour d’autres. Elle ne permet pas aux élèves de choisir leurs parcours ou exercices.
Bien qu’on puisse forcer un élève à recommencer une étape, la gestion de la séance dans Bic Connect pourrait être améliorée (difficulté pour changer un élève de groupe en cours de séance).
Avec mes CM1, j’aurais également souhaité plus de fonctionnalités multimédia.
Les points forts du logiciel enseignant (dans sa gestion de la classe et des activités) semblent destiner l’ardoise, selon moi, à un public de cycle 2.

Raphaël Ackermann, Professeur des écoles à l’école Camille Claudel de Triel sur Seine.
Emprunt réalisé dans le cadre du projet Créatice