Utilisation d’un visualiseur en Français Lycée Jean Monnet, Franconville (95)

Publié le

Remédiation en évaluation et formation à la prise de notes.

Olivier GODET, Professeur de lettres modernes au lycée Jean Monnet de Franconville
nous fait part de son expérience lors de l’utilisation d’un visualiseur en classe.






Retour d’expérience CREATICE - Visualiseur .

Aspects techniques

Le visualiseur est simple de prise en main : une fois la prise USB branchée et l’alimentation connectée, tout est reconnu. A préciser : l’installation du logiciel IMAGE MATE est nécessaire, afin que le PC prenne en charge le matériel.

L’alternance entre les modes PC / VISUALISEUR est efficace : il me semble pertinent de combiner Image Mate avec le logiciel du TNI. En effet, l’appareillage des ressources capturées est plus riche.

Aspect humain :

Le ressenti des élèves est positif. Néanmoins, en lycée, l’effet « valorisant » de la projection de la production écrite est plus limité qu’en collège. La démarche mimétique en revanche fonctionne bien : telle introduction ou tel paragraphe constitue un excellent support de démonstration.

Aspects pédagogiques :

Deux cadres pédagogiques se sont dégagés :

1) remédiation en évaluation

Cette application est assez classique : lors de la correction d’une évaluation, les bonnes copies sont projetées grâce au visualiseur. L’ensemble de la classe profite ainsi des bonnes pistes exploitées par certains.

L’avantage est qu’ une copie n’est jamais projetée dans son intégralité. En effet, la facilité d’usage de l’outil fait qu’on intervertit les supports projetés très rapidement : les élèves comprennent immédiatement l’intérêt de la démarche.

2) formation à la prise de notes :

Le professeur enregistre un cours « magistral » en MP3 (grâce à son smartphone) à propos d’une notion en rapport avec le cours (un mouvement littéraire, un auteur, une œuvre…). Celui-ci est diffusé via les enceintes du TNI. Cette séquence peut-être divisée par exemple en 3 diffusions de 2 minutes chacune, afin de ménager des pauses et des temps de mutualisation.

Une fois la première séquence de prise de notes effectuée, celle-ci passe sous le visualiseur : la classe constate les points forts, et les axes d’amélioration. L’intérêt de l’enregistrement est de pouvoir réécouter la piste, afin de trouver comment optimiser la saisie.

C’est là que la fonction « capture » prend tout son sens : en l’intégrant au logiciel de TNI, on peut modifier finement l’organisation de la page, les couleurs des soulignements et encadrements… Enfin, un avant/après permet de faire comprendre au groupe les bons réflexes, à réinvestir lors de la 2e et 3e séquence de 2 minutes.

Olivier GODET, Professeur de lettres modernes
Lycée Jean Monnet de Franconville

Matériel prêté dans le cadre de CréaTice