Lighthouse en maternelle, le tapis magique École maternelle Jean-de-la-Fontaine, Noisy-le-Roi (78)

Publié le

Utilisation de jeux sur la numération et découverte du monde en séances APC.

Voici la la synthèse, réalisée par Emilie de Hulster, professeure à l’école maternelle Jean-de-la-Fontaine, à Noisy-le-Roi, sur son utilisation du « lighthouse ».

Le lighthouse a été utilisé dans les deux classes de moyens-grands de notre école.
L’utilisation en grand groupe a été difficile à mettre en place (manque d’espace, peu de prises de courant dans les classes, difficulté d’utiliser le lighthouse avec un seul stylet pour un nombre d’élèves important, …)
Les deux enseignantes ont donc privilégié une utilisation du lighthouse en petits groupes. Elles ont notamment profité des moments d’APC pour travailler avec les élèves sur ce nouvel outil.

Les deux classes étant équipées d’un ordinateur, les élèves connaissaient déjà le logiciel ZOUM (activités de structuration de l’espace.)
Ils étaient ravis de retrouver ces activités mais, en les abordant d’une manière différente.
Dans l’une des classes, l’utilisation du lighthouse a suscité un intérêt plus particulier. En effet, un élève scolarisé dans cette classe est porteur d’un handicap (Troubles Envahissants du Développement). Étant en difficulté dans toutes les activités de motricité fine (écriture, découpage, peinture, …), il est particulièrement attiré par tous les outils numériques. C’est l’une des entrées qu’utilise son enseignante pour le faire travailler en numération et découverte du monde.
Cependant, l’utilisation de l’ordinateur pose également des limites pour cet élève : le maniement de la souris étant très compliqué pour lui, il ne peut faire les jeux de l’ordinateur qu’avec l’aide de l’AVS.
Le lighthouse lui a permis de dépasser cette difficulté et d’effectuer lui-même les tâches demandées dans le logiciel Zoum par exemple.
Par la suite, il était très demandeur de l’outil qu’il a très vite appris à manier.
La tenue du stylet était plus facile pour lui que la prise en main de la souris. Par ailleurs, l’écran du lighthouse étant plus grand et sur un plan horizontal, cela a permis à cet élève de mieux se repérer dans l’espace pour effectuer les différents activités.

En-dehors de ZOUM, nous avons essayé d’utiliser d’autres activités déjà installées sur le lighthouse. Cependant, nous avons été « bloquées » avec certaines d’entre elles car, elles demandent l’utilisation d’un clavier (pour sortir par exemple) et sur le lighthouse, il n’y a pas de clavier… Alors, il était parfois très difficile de revenir au menu principal.
Par ailleurs, nous avons choisi de faire passer à tour de rôle tous nos élèves pour qu’ils puissent essayer ce nouvel outil. Nous avons donc privilégié une même activité pour tous plutôt qu’une diversification des jeux et logiciels pour un petit groupe d’élèves.

Bilan :
L’utilisation du lighthouse en classe a suscité beaucoup d’intérêt chez les élèves. Elle a permis à des élèves en difficultés de prendre confiance en eux face à certaines activités.
L’attrait de l’outil numérique leur a permis de dépasser leur peur de ne pas bien faire.
Les élèves ont rebaptisé le lighthouse : « le tapis magique ».
Du côté des enseignantes, l’expérience fut positive.
Toutefois, en raison de l’organisation de l’espace des classes, elles ont trouvé compliqué d’utiliser cet outil en grand groupe (28 élèves par classe.) Elles n’ont pas eu l’occasion de l’utiliser en tant que support pour projeter des photos, des documents pour la classe.
L’utilisation en groupe de soutien ou en décloisonnement s’est avérée très intéressante. Elle a permis aux élèves les plus en retrait ou en difficultés d’apprentissage de gagner en assurance et de retrouver un intérêt pour les activités de l’ordinateur.
Le travail sur un plan horizontal fut très intéressant : elle a permis de mettre en avant les difficultés que certains élèves rencontrent dans les activités effectuées sur un plan vertical (écran d’ordinateur). L’implication corporelle étant plus importante, les élèves sont également plus impliqués dans l’activité.

Émilie de Hulster, professeure
École maternelle Jean-de-la-Fontaine, Noisy-le-Roi (78)

Matériel prêté dans le cadre de CréaTice