Un visualiseur en classe de lettres classiques au collège Collège Henri-Barbusse à Bagneux (92)

Publié le

Projeter rapidement les travaux des élèves pour favoriser la prise de parole.

Cécile Melet, professeur dans un collège ECLAIR de Bagneux a utilisé le visualiseur dans le cadre de ses cours de français et de latin. Au-delà de l’attractivité première que suscite tout nouvel appareil numérique dans la classe, les élèves ont vraiment apprécié un outil qui permettait de montrer en direct leurs productions et de retravailler dessus via le TNI.

  • Aspects pédagogiques :
    C’est là le principal intérêt du visualiseur : réduire au minimum le circuit entre les travaux des élèves et leur projection.
    D’où un travail particulièrement efficace dans le cadre d’exercices sur la langue ou sur l’écriture. Deux exemples d’activités avec le visualiseur en 6è.
    - Favoriser la prise de parole des élèves : chaque groupe devait réfléchir à un "schéma-soleil" (notre appellation pour une forme de carte heuristique sur papier) qui recense soit l’ensemble des natures, soit l’ensemble des fonctions grammaticales. Dans la même heure, deux groupes se sont portés volontaires pour proposer leur schéma, qui ainsi projetés, ont pu être commentés et améliorés en direct. Ce sont les élèves qui ont présenté leur projet au tableau. On réduit le temps et les intermédiaires, ce qui favorise un véritable dynamisme en valorisant la participation des élèves.
    - Retravailler sur le vif l’expression écrite, rendre visibles les procédures de relecture : le professeur a sélectionné plusieurs productions écrites et a pu les passer en revue avec beaucoup de facilité, chaque production donnant lieu à des commentaires de la classe pour améliorer le contenu des idées, leur organisation, la cohérence du texte etc. Dans le cadre d’un travail sur les compétences de relecture, on a photographié un extrait de copie et des élèves sont venus au TNI pour proposer des corrections notamment en utilisant la méthode des bulles pour vérifier les chaînes d’accords. Il y a une fonction caméra qui peut permettre au professeur d’enregistrer la procédure en images mobiles pour servir de modèle aux élèves !
    Le fait de travailler sur l’écriture de leurs pairs est stimulant, cela rend par exemple les séances de correction d’exercices et de devoirs bien plus dynamiques. Le couplage de ces "arrêts sur image" annotés avec le TNI est très précieux, il apporte en plus la possibilité d’archiver les traces des corrections apportées aux productions.
    Enfin pour le professeur, le visualiseur offre des avantages pratiques non négligeables : l’enseignant peut capturer les travaux des élèves sans passer par un scanner ni un appareil photo, c’est un gain de temps formidable. Il peut aussi projeter à tout moment la photo d’une page du manuel, c’est très pratique pour construire le cours d’une manière légère, pallier les oublis des manuels par les élèves ou corriger des exercices tirés du livre.
    En bref, le visualiseur allège le travail de préparation et apporte un réel dynamisme dans la construction et le déroulement des cours.
  • Aspects techniques : la prise en main du logiciel est assez intuitive, les fonctionnalités sont relativement simples.
    Quelques précautions à prendre : lorsqu’on a un ENT qui dépend du CG ou de la région et qu’on n’a pas les codes d’administrateurs, il faut prévoir de passer par l’organisme ou la personne qui gère les ordinateurs pour l’installation du logiciel, cela peut prendre un peu de temps et être un frein. L’interface de gestion du logiciel varie d’un système d’exploitation à l’autre : l’interface avec mac est plus ergonomique que celle apparaissant sur les ordinateurs du collège sous windows. Il faut aussi faire attention dans ce dernier cas à l’enregistrement des photos pour ne pas les perdre d’une séance à l’autre.
    De manière générale, le circuit entre la capture et l’enregistrement des photos jusqu’à leur projection sur le TNI est un coup à prendre qui peut demander un petit temps d’adaptation et qui demande qu’on s’entraîne un peu avant de mener une séance avec les élèves. Enfin, on peut regretter que le visualiseur EPSON n’ait pas un système de bras télescopique pour offrir une plus grande possibilité de cadrage : il a une fonction focus mais pas de zoom, d’où parfois la nécessité de bricoler une distance focale adéquate avec … des dictionnaires. Cela peut poser certains problèmes de cadrage et de lisibilité des documents. A part ces limites, cela devient vite un outil indispensable !

Cécile Melet, professeure de lettres classiques
Collège Henri-Barbusse, Bagneux (92)

Matériel prêté dans le cadre de CréaTice