Les boîtiers d’expression en maths-sciences Lycée professionnel Viollet-le-Duc, Villiers-Saint-Frédéric

Publié le

Michel Lebreton, professeur de maths-sciences, au lycée polyvalent Viollet-le-Duc, sections professionnelles bâtiment, Villiers-Saint-Frédéric, a utilisé plusieurs semaines les boîtiers de réponse. Voici son témoignage.

ASPECT TECHNIQUE :
Au premier abord, la prise en main du logiciel FLOW (téléchargeable) peut se révéler un peu laborieuse notamment pour la création de la liste de classe ou la gestion des participants, le guide d’utilisation se révèle parfois difficile à interpréter.
Ne pas hésiter à consulter les tutoriels en ligne ou à solliciter les explications d’utilisateurs habituels ou de personnes ressources du CRDP.
Les fonctionnalités des touches du boitier "pulse" ne sont pas toutes clairement définies et il n’y a pas encore de ressources à ce sujet en ligne.
Une fois connues ces fonctionnalités, l’usage du boitier se révèle assez simple, les questions créées définissant automatiquement le type de réponse attendu.
Un regret, il n’est possible d’insérer qu’un seul signe (+ ou - ) pour un ensemble de valeurs numériques, ce qui oblige à n’attendre qu’une seule valeur par réponse.
Un point très positif : une réponse (simple ou multiple) peut être corrigée tant que l’envoi n’a pas été effectué.
Les boitiers fonctionnent très bien même dans une très grande salle, aucun dysfonctionnement à signaler. Ils s’éteignent tout seuls si on ne l’a pas fait.
Une fois la logique du logiciel comprise, la préparation d’un diaporama intégrant les questions créées avec, se fait très rapidement et intuitivement.

ASPECT PEDAGOGIQUE :
L’accueil des élèves a été unanimement enthousiaste, la participation au cours, l’attention ont été grandement améliorées et les quelques séances réalisées ont permis l’implication systématique de tous les élèves.
Les classes ayant utilisé les boitiers les ont réclamés depuis à plusieurs reprises…
Toutefois l’expérimentation ayant été menée sur quelques semaines seulement il est difficile de pronostiquer l’évolution de l’intérêt des élèves à plus long terme. Comme pour tout dispositif, l’usage des boitiers de réponse se conçoit dans un ensemble de pratiques diversifiées.
Notamment, lors de certaines des séances réalisées avec les boitiers, il a été associé la mise en place d’une disposition de classe "en ilots", permettant le travail de réflexion des élèves en petits groupes, avant de lancer les votes individuels par rapport aux questions posées.

POINTS FORTS :

  • 1) A l’évidence les élèves les moins scolaires et les moins participatifs habituellement trouvent dans l’usage des boitiers une "échappatoire" à la prise de note car il n’y a pas a priori de nécessité à recopier une trace écrite du travail effectué en cours. Pour compenser ce manque, il est souhaitable de mettre à disposition des élèves le diaporama et son corrigé sur l’ENT, ainsi que des résumés de cours contenant l’essentiel, ce qu’il faudra retenir.
  • 2) Les élèves ayant habituellement de mauvais ou très mauvais résultats ont été ceux qui ont obtenus les meilleurs lors d’une évaluation avec les boitiers … ?
    Cela s’explique peut-être par le fait qu’il n’est pas nécessaire avec l’outil boitier de réponse + diaporama QCM, de se retrouver seul face à sa copie pour lire et interpréter les questions et ensuite rédiger des réponses libres, dans le power point muni de son QCM, les réponses sont justes à choisir parmi une liste. Cela peut mieux convenir aux élèves ayant un comportement consommateur et possédant des capacités déductives.

    POINTS FAIBLES :
  • 1) De très bons élèves ont eu les plus mauvais résultats lors de l’évaluation avec les boitiers de réponse… ? La plupart de ces élèves s’avèrent être essentiellement des élèves dyslexiques aux méthodes habituelles de travail très construites leur permettant de contourner les obstacles de la lecture, les autres sont "seulement" des élèves très scolaires et appliqués qui ont complètement intégré et mis à profit les ressources pédagogiques classiques.
    Pour ces élèves, l’univers du boitier s’appuyant sur le défilement de diapositives et nécessitant de répondre rapidement et de façon définitive (pas de relecture possible, pas de retour en arrière, et donc moins d’analyse méthodique des questionnements) a semblé être une situation handicapante, en tous cas en cette première et unique occasion. Une fois encore il est nécessaire de réitérer l’expérience pour avoir une vision plus étayée.
  • 2) Toutes les salles ne sont pas équipées de vidéo projecteur ou de TNI, les ordinateurs disponibles dans les salles ne sont pas tous équipés du logiciel FLOW, les cours qui s’enchainent peuvent avoir lieu dans des endroits éloignés les uns des autres… Transporter la sacoche des boitiers, bien que confortable et légère, en plus de son PC personnel, de sa sacoche de documents papier etc, est une contrainte non négligeable et fatigante. Il est plus que souhaitable de pouvoir utiliser de façon régulière une salle équipée en permanence de tous ces dispositifs, ce qui permettrait par voie de conséquence d’en avoir une utilisation habituelle.

CONCLUSION :
Le bilan de cette expérimentation de séances de cours-TD et de séances d’évaluation avec les boitiers d’expression est prometteur et engageant. L’effet positif sur la participation des habituels "mauvais" élèves est immédiat et indiscutable.
L’usage des boitiers, en s’appuyant sur une implication forcément collective de la classe, permet aux élèves difficiles à canaliser de s’affranchir des attentes de concentration individuelle normalement nécessaire à l’accomplissement de tâches "sur table". Ils favorisent ainsi un meilleur investissement de ces élèves.
Les boitiers permettent de solliciter en continu l’ensemble des élèves pour les questionner à intervalles réguliers tout au long du cours sur leurs acquisitions immédiates et de vérifier ainsi leur compréhension des sujets abordés.
Il faut rester vigilant quant à l’usage des boitiers en évaluation, qui nécessite pour certains élèves l’apprentissage de nouvelles procédures pour conserver l’efficacité de leurs stratégies habituelles de restitution de leurs connaissances en interrogation.
L’utilisation des boitiers de réponse, qui favorise de façon visible l’interaction professeur-élèves en direct, est propice à la mise en œuvre de stratégies connexes permettant un meilleur travail collectif et l’obtention d’une plus grande sérénité en cours, comme par exemple la mise en situation de travail en petits groupes via une disposition de salle adaptée.

Interview de deux élèves de 1ère Bac Pro. L’interview évoque également l’adaptation de l’organisation de la classe en ilots pédagogiques permettant des échanges en petits groupes avant la réalisation des votes.

Michel Lebreton, professeur de maths-sciences
Lycée polyvalent Viollet-le-Duc, Villiers-Saint-Frédéric

Matériel prêté dans le cadre de CréaTice