Des micros au CDI, créer un audio-blog Lycée François-Villon, Les-Mureaux

Publié le

Retour d’utilisation d’un enregistreur intégral et de micros USB par les professeures-documentalistes, Mme Boukhelifa et Mme Brisset, Lycée François Villon, Les Mureaux.

Objectifs

- Exercer les élèves à l’expression et à la communication orale
- Valoriser leurs activités scolaires et culturelles par la diffusion audio
- Initier une web-radio

Enregistrements effectués avec l’enregistreur intégral « Talk tracker »

Elèves de 1ère L, participant au Prix littéraire des lycéens et apprentis en Ile-de-France.

  • Enregistrement de discussions littéraires sur les cinq livres en lice après la rédaction de critiques, au CDI, sur un temps d’accompagnement personnalisé, en collaboration avec leur professeur de Français. Ces débats sont destinés à être mis en ligne sur l’audioblog RadioVillon, récemment créé.

Bilan :
- Les boutons de l’enregistreur permettant de passer immédiatement de l’enregistrement à la lecture, les élèves ont apprécié de pouvoir écouter leurs échanges juste après les avoir menés. Ils ont pu se rendre compte des défauts et des points forts de leur prestation, au point de vouloir recommencer (ce qui n’a pas été fait par manque de temps).
- De notre côté, malgré une présentation du déroulement de l’émission à l’aide de leurs critiques écrites, il aurait fallu davantage en détailler les étapes par écrit au préalable.
- L’enregistrement nécessite d’être ultérieurement travaillé à l’aide d’un logiciel du traitement du son, tel Audacity (libre et gratuit) car au bout de quelques minutes, un bruit de fond s’instaure. L’enregistreur intégral ne semble pas apporter de qualité en plus par rapport à un téléphone mobile ou une tablette tactile, avec lesquels on peut aussi bien enregistrer et réécouter des échanges.

  • Enregistrement des vingt élèves de Première ou de Terminale participant au concours d’éloquence du lycée.
    Bilan :
    Les élèves apprécient d’en avoir un souvenir, mais il aurait mieux valu les enregistrer à la source. L’enregistreur intégral n’est pas fait pour enregistrer des orateurs qui parlent dans un micro à une salle de spectateurs, comme cela a été le cas. La suppression du souffle n’a pu se faire qu’au prix d’une diminution du volume et d’une déformation du son.

Extraits du discours « Le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt » (Julien)

Enregistrements effectués avec les microphones MP3 « tout en un » 

  • Participation d’une dizaine d’élèves à l’opération Dis-moi un poème organisé par Le printemps des poètes, les éditions Gallimard et France Culture en vue de constituer une bibliothèque sonore. Chaque élève a enregistré un ou plusieurs poèmes.
    Bilan :
    - La possibilité de s’écouter et de procéder à plusieurs enregistrements successifs avec le même micro de manière très souple a permis aux élèves de vite progresser dans la lecture et la compréhension des poèmes, à l’aide de leur professeur de Français et/ou de leur professeur-documentaliste.
    - Le son est de qualité suffisante pour qu’il puisse être diffusé directement, sans un travail avec un logiciel de traitement sonore.

  • Interviews de quelques élèves ayant participé au premier tour du concours d’éloquence par les élèves rédactrices du journal du lycée (publication papier).
    Bilan :
    Cette activité a permis aux journalistes en herbe de s’exercer à l’interview : préparer des questions, surmonter sa timidité, transcrire…et aux orateurs de partager leur expérience.
    L’interview d’une oratrice
  • Interview de l’assistance d’Anglais par une élève rédactrice du journal du lycée.
    Bilan :
    - L’exercice de l’interview se double ici du travail sur l’expression et la compréhension orales en Anglais. Encore une fois, la possibilité d’effectuer des prises de son successives que l’on peut écouter dans la foulée a permis à l’élève de s’entraîner avant de mener l’interview réelle.
    - Le but était aussi de proposer un prolongement sonore au journal du lycée, via un QR code, mais les audioblogs d’Arte (que nous avons retenus pour la mise en ligne) ne sont pas lisibles sur tous les téléphones portables.
    L’interview de l’assistante d’Anglais sur RadioVillon

Bilan global
L’intérêt de ces matériels réside dans leur très grande facilité d’utilisation, la possibilité pour les élèves de s’écouter juste après l’enregistrement et la simplicité de récupération des fichiers grâce aux prises USB. L’usage des micros nous a davantage convaincu que celui de l’enregistreur intégral pour les raisons invoquées ci-dessus.

Les activités possibles sont multiples, l’enregistrement et la diffusion de productions audio pouvant constituer le cœur d’un projet ou tout simplement en accompagner d’autres. La diffusion audio devrait être un outil parmi d’autres pour décloisonner les activités et favoriser les échanges dans l’établissement.

Nous avons depuis cette expérience acheté un micro USB et envisageons d’acquérir du matériel pour constituer un « mini-studio » afin de développer une web-radio au lycée.

Conditions nécessaires à la captation et à la diffusion des voix des élèves
- Prévoir des autorisations parentales (ou d’élèves majeurs) pour la captation et la diffusion de la voix. Les textes doivent être extrêmement précis …et contraignants. Nous en avons élaboré plusieurs à partir d’un modèle du CLEMI, en le simplifiant un peu. A consulter ici
- Réfléchir aux moyens techniques de la diffusion, pour lesquels quelques pistes sont données par le CLEMI. Notre préoccupation étant de mettre des fichiers son en lecture seule pour limiter la circulation des fichiers, nous avons choisi d’utiliser un audioblog, proposé par Arte radio. On peut choisir de ne pas mettre les fichiers en téléchargement…mais on ne peut pas bloquer l’accès au code HTML, ce dont nous sommes rendues compte plus tard. Nous cherchons d’autres solutions, d’autant plus que les audioblogs ne peuvent pas être lus via un QR code sur tous les téléphones portables.
- Aller au-delà de l’autoformation en participant à des stages si l’on veut faire perdurer l’expérience, gagner en temps et en qualité.

Mme Boukhelifa et Mme Brisset, professeures documentalistes
Lycée François-Villon, Les-Mureaux
Matériel prêté dans le cadre de CréaTice