Les déterminants et les conséquences de l’épuisement professionnel des enseignants débutants

Cette étude permet de mieux saisir le processus de burnout en observant ce qui le détermine et ce qui au contraire pourrait l’éviter. A partir de ces résultats, les auteurs avancent des propositions concrètes en termes de formation, de recrutement et d’accompagnement spécifique à l’entrée dans le métier d’enseignant. Rapport d’une étude longitudinale de mars 2008 à septembre 2012 auprès de 744 professeurs débutants

L’épuisement professionnel est défini comme un processus en réponse à un stress continu dans le cadre du travail. La plupart des chercheurs sont d’accord pour affirmer que cet épuisement est un phénomène multidimensionnel, composé de trois éléments : l’épuisement émotionnel, la dépersonnalisation (attitude cynique à l’égard des autres) et la réduction de l’accomplissement personnel. Concrètement, une personne sera en burnout si elle a un niveau élevé d’épuisement émotionnel et de dépersonnalisation et un niveau faible d’accomplissement personnel.

Le processus séquentiel du burnout se développe dans la durée et en plusieurs étapes. Tout d’abord, le professionnel connaît un épuisement de ses ressources émotionnelles pour faire face aux situations professionnelles exigeantes, cela se traduit par l’adoption d’une attitude cynique à l’égard des autres ainsi qu’un désengagement du travail. Chez des professionnels très investis au départ, ce mouvement de désinvestissement est perçu comme une perte des compétences professionnelles.

Pour les enseignants

L’étude montre une spirale de la perte de ressources personnelles et professionnelles, ainsi qu’une courbe ascendante du burnout sur les 2 années pour 10% de la population:

  • L’enseignant commence par abandonner les stratégies de résolution des problèmes sous l’effet d’un contexte de travail délétère et se réfugie dans des stratégies défensives.
  • Cela induit une baisse de son sentiment d’auto-efficacité corrélée à une augmentation de l’épuisement émotionnel et de la dépersonnalisation (attitude rigide et défensive envers l’élève).
  • Des caractéristiques personnelles dispositionnelles semblent avoir aussi un impact important sur les scores de burnout en début de carrière des enseignants. Particulièrement la tendance à la dépression ou une instabilité émotionnelle (disposition à la dépression, à l’anxiété, aux plaintes somatiques et au retrait social), mais aussi les représentations du métier constituent des facteurs de vulnérabilité à prendre en compte. La représentation d’un métier pénible est corrélée à un score élevé de burnout, tandis que la représentation d’un métier de relations et à facettes variées en protège.

Pour les élèves

L’ensemble de cette étude nous permet de dire qu’il existe bien un effet délétère de l’épuisement professionnel de l’enseignant d’école élémentaire sur les dimensions cognitives et conatives des élèves.

  • Les enseignants en forte dépersonnalisation induisent une distorsion négative dans le jugement des élèves. Ceux-ci sous évaluent les compétences en mathématiques de leurs élèves garçons par rapport aux  filles même si ce phénomène est présent aussi chez les filles mais uniquement en français.
  • L’anxiété des élèves augmente avec des enseignants en forte dépersonnalisation. En début d’année scolaire, cette anxiété était présente uniquement chez les garçons pour la sous-échelle physiologique. Or, en fin d’année, c’est le niveau d’anxiété globale qui augmente pour l’ensemble des élèves garçons et filles avec un enseignant en dépersonnalisation.
  • Les performances académiques des élèves en début d’année qui ont un enseignant en fort épuisement émotionnel ne changent pas en fin d’année scolaire. En revanche, quand l’enseignant est en forte dépersonnalisation en début d’année, les performances académiques des élèves chutent considérablement au cours de l’année, particulièrement en mathématiques. De plus, entre les deux temps de l’année scolaire, le sentiment de compétences des élèves dans ces matières, dont les enseignants sont en épuisement professionnel, chute de façon importante, notamment quand l’enseignant est en dépersonnalisation et de façon plus modérée quand il est en épuisement émotionnel.

Pour plus de détails, lire les préconisations.

Ressource associée