Ateliers Canopé : 91 | 92 | 95

Accueil > École numérique > Éducation aux médias > Le guide de prévention de la cyberviolence entre élèves

Ministère de l’Education Nationale

Le guide de prévention de la cyberviolence entre élèves

Un guide de prévention de la cyberviolence à l’École est publié dans une circulaire parue au Bulletin officiel n°44 du 28 novembre 2013. Il est destiné à aider les personnels éducatifs à mieux prévenir, identifier et traiter le phénomène de la cyberviolence. Cela passe notamment par une plus grande sensibilisation des élèves aux risques liés aux technologies de l’information et de la communication, et par une meilleure formation de leur esprit critique. Il est accompagné d’une instruction donnée aux recteurs, dasen et chefs d’établissement.


Pour accompagner les établissements et les équipes éducatives, un guide a été réalisé afin de les aider à prévenir, identifier et traiter les phénomènes de cyberviolence.
Ces cyberviolences peuvent prendre de nombreuses formes : brimades, insultes, menaces, discriminations, usurpation d’identité, violations de l’intimité, diffusion d’images à caractère pornographique ou de scènes de violence, etc.

Dans ce guide, l’accent est porté sur la nécessité d’informer les élèves, de les sensibiliser et de développer leur esprit critique.
Des conseils juridiques et les conduites à tenir - prise en charge de la victime, démarche de fermeture d’une page d’un réseau social, sanctions disciplinaires de l’auteur, dépôt de plainte, etc. - sont développés afin de permettre aux chefs d’établissement d’agir, en lien avec les parents, dans le cadre légal.
Des exemples de situations concrètes sont proposés pour illustrer les traitements possibles et y apporter les réponses adaptées.

La cyberviolence entre jeunes, comme toutes les autres formes de violence, ne peut être tolérée, tout particulièrement dans le cadre scolaire.

Prévention et traitement de la cyberviolence entre élèves

PDF - 962.8 ko
Le guide de prévention de la cyberviolence entre élèves

Article publié le jeudi 28 novembre 2013, par Chantal Thos