Ateliers Canopé : 91 | 92 | 95

Accueil > École numérique > Ressources pédagogiques > Un site pour apprivoiser les écrans

Les jeunes et les écrans

Un site pour apprivoiser les écrans

Serge Tisseron

Le psychanalyste et psychiatre, Serge Tisseron, a présenté début octobre, le site apprivoiserlesecrans.com pour aider enfants et parents à anticiper l’adoption au fil des âges des outils numériques.
Le site, lancé avec le secrétariat général de l’Enseignement catholique, met en exergue la règle des "3-6-9-12" conseillée par M. Tisseron :
- "Pas de télé avant 3 ans,
- pas de console de jeu vidéo personnelle avant 6 ans,
- internet après 9 ans
- et les réseaux sociaux après 12 ans."


Quel que soit l’âge, il prône de "limiter les écrans, choisir les programmes, inviter l’enfant à parler de ce qu’il a vu ou fait et encourager ses créations".
"- Les écrans sont pour les jeunes une formidable opportunité d’inventer un monde différent, ils peuvent créer "leurs propres espaces numériques, grâce aux appareils photo, à la possibilité de faire des films avec le téléphone mobile, voire de fabriquer de petits jeux vidéo avec des briques informatiques", relève-t-il.
Ce site, accompagné d’une campagne d’affichage, constitue un "relais" après la publication en janvier d’un rapport de l’Académie des sciences, coécrit par M. Tisseron.
Il ne s’agit pas de "donner des âges au-dessous desquels il ne faudrait pas confronter les enfants aux dangers des écrans, mais d’inviter les parents à anticiper avec leur enfant les écrans nouveaux dont ils disposeront et créer de nouveaux rituels correspondant aux grands âges de la scolarité :
- 3 ans, l’entrée en maternelle,
- 6 ans, l’entrée en CP,
- 9 ans, l’âge où l’enfant sait à peu près lire et écrire
- et 12, l’âge où il a trouvé ses repères au collège".
"Plutôt que d’acheter un portable à son enfant de onze ans, il est préférable de lui expliquer à sept-huit ans qu’il en aura un à onze ans et pourquoi" indique-t-il, estimant que "beaucoup de parents dramatisent excessivement l’enjeu des écrans à l’adolescence et sous-estiment le danger des écrans chez le jeune enfant".
"Les adolescents d’aujourd’hui ont acquis beaucoup de compétences numériques, mais souvent en le payant très cher : des confidences trop intimes sur internet, des images qui vont y rester éternellement alors que ça pourra nuire à la recherche d’un emploi, des enfants confrontés à des images hyper sexuelles ou hyper violentes beaucoup trop tôt", dénonce-t-il.
Le site présente aussi le "jeu des trois figures" destiné à prévenir les attitudes violentes dès la maternelle en jouant sur l’empathie, (Ce petit livre est disponible dans votre librairie, bien-sûr).
Une conférence de Serge Tisseron qui présente ce jeu (clic !)
le festival "infilmement petit", qui valorise les nouveaux modes d’écriture vidéo des collégiens et lycéens,
ou encore les "serious games" (jeux sérieux).

Source : Le Parisien


L’enfant et les écrans, un avis de l’académie des sciences (124 pages)

Cet avis s’accompagne d’un module pédagogique destiné aux enseignants de l’école primaire, "Les écrans, le cerveau… et l’enfant", ouvrage réalisé par la fondation La main à la pâte et publié chez le même éditeur.

Vidéos de la conférence-débat de l’Académie des sciences "L’enfant et les écrans"


Article publié le mardi 29 octobre 2013, par Chantal Thos