Ateliers Canopé : 91 | 92 | 95

Accueil > École numérique > Ressources pédagogiques > Lutter contre l’homophobie

Eduscol

Lutter contre l’homophobie

EMC

À l’école, des élèves ou des personnels peuvent, en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité sexuelle, être victimes d’homophobie.
Celle-ci se manifeste par des comportements à caractère discriminatoire, voire des violences, qui tombent sous le coup de la loi (articles L 225-1 et 132-77 du code pénal).
En 2015, le sujet de l’homophobie a été explicitement libellé dans les programmes d’enseignement moral et civique.
Conjointement, l’institution d’un parcours citoyen de l’élève permet d’inscrire toutes les actions de prévention et de lutte contre les discriminations, notamment homophobes, dans le cadre de la transmission et du partage des valeurs de la République.


Le rôle de l’École

La loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République ainsi que le code de l’éducation, notamment ses articles L. 121-1, L. 312-17-1 et L. 721-2, énoncent clairement que dans ses missions, l’École doit offrir les conditions d’un climat scolaire serein et un cadre protecteur aux élèves, aux personnels enseignants ainsi qu’à tous les acteurs intervenant en son sein.
L’École transmet aux élèves les valeurs, les principes et les règles qui permettent de garantir le respect de la personne, de ses origines et de ses différences.
Elle contribue, à tous les niveaux, à favoriser la mixité et l’égalité entre les femmes et les hommes, à lutter contre les discriminations, à prévenir les préjugés et les violences sexistes et sexuelles.

L’apprentissage de la citoyenneté et des règles de vie commune, le respect des droits et des devoirs au sein de la communauté éducative constituent des objectifs pédagogiques fondamentaux, au même titre que la maîtrise des connaissances disciplinaires.
Un parcours citoyen est mis en place pour chaque élève (circulaire n° 2016-092 du 20 juin 2016).
Par ses objectifs, ses contenus et ses méthodes, ce parcours engage tous les enseignements dispensés de l’école au lycée, en particulier l’enseignement moral et civique et l’éducation aux médias et à l’information et il mobilise tous les professionnels de l’éducation.
Il participe, s’agissant de la scolarité obligatoire, du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, notamment du domaine « La formation de la personne et du citoyen ».
Il favorise la transmission et le partage des valeurs et principes qui fondent la République et l’exercice de la démocratie, notamment la souveraineté populaire, la laïcité, le respect de l’autre et de la différence, l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’ensemble des champs de la vie politique, professionnelle, familiale et sociale, ainsi que la lutte contre toutes les formes de discrimination.

Une Campagne nationale de prévention : « L’homophobie n’a pas sa place à l’École »

En 2015-2016, le ministère a mené dans les établissements du second degré une campagne de prévention de l’homophobie.
Elle s’adressait non seulement aux victimes d’actes violents ou discriminatoires commis du fait de leur orientation ou de leur identité sexuelle, que celle-ci soit réelle ou supposée, mais aussi aux auteurs de ces actes et aux témoins de leurs agissements.
Le rôle de ces derniers est en effet primordial pour faire évoluer des situations que l’institution scolaire ne doit pas tolérer.

Cette campagne s’est appuyée sur :

Un espace dédié sur le site du ministère : education.gouv.fr/contrelhomophobie

Des supports imprimés, diffusés dans chaque établissement scolaire, à savoir une affiche
et un guide d’accompagnement

Téléchargez l’affiche en cliquant sur l’image :

Télécharger le guide et les gabarits :

Dans le guide, figurent quelques pistes d’exploitation pédagogique de l’affiche.
Ces documents sont téléchargeables ci-dessous ainsi qu’un gabarit en A4 qui permet de fabriquer des cartes mémos à distribuer, au format carte de visite.

Voir en ligne : Eduscol : Lutter contre l’homophobie


Article publié le vendredi 9 mars 2018, par Chantal Thos