Une expérience au collège Marcel-Pagnol de Saint-Ouen-l’Aumône, février 2006

Le dispositif

Un partage d’expérience

En partageant l’expérience qu’elle a menée avec les élèves en février 2006, l’équipe du collège Marcel-Pagnol de Saint-Ouen-l’Aumône souhaite donner un exemple concret de la réalité de l’éducation à la sécurité routière dans les collèges du Val d’Oise, qui puisse inciter d’autres équipes à élaborer d’autres projets.

Le collège Marcel-Pagnol de Saint-Ouen-l’Aumône

Les élèves du collège Marcel-Pagnol, classé en Zep, sont issus pour beaucoup d’entre eux de familles en difficulté sociale. Ce jeune public fragile manque de repères et se trouve parfois en délicatesse avec le système scolaire.
Pour tous les élèves, le collège a souhaité offrir une réponse citoyenne à ces difficultés dans le cadre de son projet d’établissement, en prenant en compte l’éducation à la sécurité et à la santé, avec la mobilisation de professeurs autour de cet axe prioritaire.

Une volonté de l’équipe éducative

Le principal, Patrick Sfartman, et une équipe d’enseignants sont à l’origine de cette initiative dont la réalisation s’est déroulée sur une semaine complète.
À travers ce projet, l’équipe éducative a cherché à améliorer les comportements des élèves de 3e en matière de sécurité et de santé, en leur faisant approcher de façon concrète leurs droits et leurs devoirs, et a concerné 180 élèves, dont ceux de 3e d’insertion et de Segpa. Dans ce cadre de formation, le respect et la solidarité ont permis de mieux vivre ensemble au collège.

Une visée pédagogique à long terme
L’intention de l’équipe est de donner à chacun la possibilité de réussir. _ Pour réussir sa vie personnelle d’une part, l’élève a besoin que l’on favorise son expression, sa réalisation et son épanouissement individuels ; il faut lui donner les outils pour se protéger, anticiper les risques d’accidents.
D’autre part, en aidant l’élève à s’intégrer dans le tissu social, en lui donnant un maximum d’atouts pour trouver un emploi, un métier, on favorise sa réussite dans la vie sociale. En le responsabilisant, pour qu’il se construise une conscience individuelle et collective l’amenant à partager et à respecter des valeurs, on lui permet d’acquérir des comportements conformes au respect des règles de la vie en société.
La priorité est d’éviter l’échec en s’adaptant au niveau de chacun. Il faut pour cela estimer chacun dans sa différence, lui donner le sens de l’effort, l’envie de réussir ; construire et induire chez lui un état de prise de conscience permanent de la réalité.

Sécurité et santé : des objectifs de formation

Cette formation globale visait à faire prendre conscience à l’élève des causes et des conséquences des conduites à risques, à lui faire comprendre qu’il n’y a pas de comportement citoyen sans responsabilité ni solidarité, à lui permettre de se situer clairement par rapport aux notions de gravité, de secours, de handicap, et de victime. Il s’agissait de lui permettre d’anticiper dans une situation complexe, mais aussi de s’approprier et de respecter les règles du civisme.
Au sein de cette démarche, la tâche de l’équipe éducative a consisté à mettre en place des apprentissages, en apportant des connaissances et en donnant du sens aux comportements des élèves au quotidien.
Les partenaires associés au projet ont apporté leur complémentarité et leur efficacité : grâce à une démarche interactive, ils ont convaincu les élèves de l’utilité d’une formation à la sécurité et à la santé. En amont, un travail de préparation, de concertation et d’animation avait permis une maîtrise des contenus et des démarches à mettre en œuvre lors de cette journée de formation.

Un passeport pour la santé et la citoyenneté

Les élèves, une fois informés de l’organisation générale, disposaient de quatorze ateliers avec affichage dans le hall du collège. Chacun disposait d’un passeport (créé par l’équipe pédagogique et édité par le Conseil général) indiquant les objectifs du projet, la programmation et la planification des ateliers sur la semaine et l’ensemble des partenaires impliqués.
Répartis en groupes de dix à quatorze, toutes classes mélangées, les élèves, responsabilisés par ce type d’organisation, se déplaçaient de façon autonome d’un atelier à un autre. En arrivant dans chaque atelier, ils émargeaient la feuille de présence en autonomie, puis présentaient leur passeport pour validation à l’animateur.

Une évaluation très positive

• Le taux d’absentéisme a fortement baissé durant cette semaine. Il s’est réduit de deux tiers pour les élèves de 3e et d’un tiers pour les élèves de Segpa.
• 88 % des élèves se sont déclarés ravis, 71 % intéressés, 40 % surpris.
• 98 % ont réussi à l’ASSR2, et 100 % à l’attestation de formation aux premiers secours (AFPS).
Une remise officielle et solennelle valorisante de l’AFPS et de l’ASSR s’est effectuée en présence des parents, pour les sensibiliser à l’implication de leur enfant dans ce projet.
Le Brevet de Sécurité routière, préparé et passé par des élèves de 3e d’insertion et de Segpa durant l’année scolaire, a été délivré à cette occasion.

Les perspectives

À la suite de ce projet, la nécessité est apparue pour les enseignants d’acquérir une culture de la Sécurité routière. Le principal a dégagé une journée et demie de formation pour tous les professeurs volontaires.
L’équipe éducative souhaite désormais mettre en œuvre ce projet de formation pour l’ensemble des classes du collège, et travailler sur la relation CM2-6e. Elle espère également trouver des modalités d’échanges entre les Segpa, les troisièmes d’insertion et les CFA (pour donner des perspectives de métier, par l’intermédiaire de l’approche et du traitement des risques…).
Une telle expérience doit faire boule de neige et se mutualiser vers d’autres collèges.

Le fonctionnement

Les ateliers

Les enseignants et les partenaires ont fait vivre les ateliers en coanimation, à l’aide d’outils pédagogiques communs. Chaque intervenant disposait d’une salle ou d’un lieu équipé à sa demande.
• Les droits et devoirs des citoyens, avec un élu de la commune de Saint-Ouen-l’Aumône
• Lutte contre l’alcoolisme, avec l’association Vie libre (projection de deux films : L’anniversaire et La sortie en boîte)
• Lutte contre l’exclusion, avec l’association Aux captifs, la libération
• Questions de justice, autour de l’exposition La place et le rôle de la sanction : avec des éducateurs
• Les accidents de la route, leurs causes et leurs conséquences, avec un enseignant de Segpa et un enseignant d’EPS (à partir d’une exposition de la Prévention Maif : La sécurité routière, un défi pour le XXIe siècle, et les outils que sont le réflexiomètre et les lunettes d’alcoolémie)
• Autopsie d’un accident, avec la Prévention routière
• L’ASSR2, le BSR, leur rôle, des connaissances, avec un moniteur d’auto école
• La responsabilité en cas d’accident de la route, comment remplir un constat, avec la Prévention Maif (à l’aide du DVD Sauve qui veut)
Le chemin de tête en l’air, cédérom interactif (en salle informatique, 12 postes) : avec un professeur du collège
• Rencontre avec un handicapé, victime d’un accident de la route, avec l’Association des paralysés de France (APF) (projection du film La route perdue, vitesse et vie brisée)
• Les accidents domestiques, avec la documentaliste du collège et une enseignante de technologie, autour de l’exposition Les risques domestiques (Prévention Maif)
• Les risques majeurs, avec l’intendante du collège (un film réalisé au collège figurant une simulation de calfeutrage)
• La relation amoureuse et la contraception, avec l’infirmière et l’assistante sociale rattachées au collège (débat autour du film Cœur à corps)
• Formation à l’AFPS : avec les professeurs d’EPS et des moniteurs AFPS (Guide national de référence, ministère de l’Intérieur)
• Le mercredi, un tournoi sportif organisé par les professeurs d’EPS : l’exigence de la règle, son application et son respect (création d’une fiche d’évaluation)

Les partenaires

• La commune de Saint-Ouen-l’Aumône
• L’association Vie libre
• L’association Aux captifs, la libération
• L’Association des paralysés de France (APF)
• La Prévention Maif
• La Prévention routière

Les témoignages

Des partenaires

« Un très grand intérêt des élèves pour les activités proposées. Beaucoup de questions de la part des Segpa et des troisièmes d’insertion. »
« Les élèves ignorent pour la plupart que le BSR est exigé pour conduire un cyclomoteur, que l’ASSR2 est nécessaire pour s’inscrire au permis de conduire. »
« La notion de responsabilité en cas d’accident donne du sens à la nécessité de souscrire une assurance. Elle apporte une légitimité à l’usage circonstancié de la sanction. »
« La communication avec un handicapé permet de mieux identifier la notion de risque (de cerner les facteurs de risque), d’apprécier la notion de gravité, de victime et celle de secours… »
« Les élèves souhaitent qu’on leur parle de la réalité, des exi­gences auxquelles ils ont à faire face, ils veulent savoir comment respecter la règle pour ne pas “avoir d’ennuis au quotidien”.
« Pour autant, ils demeurent centrés sur leurs préoccupations personnelles immédiates. La notion de solidarité n’est pas une préoccupation majeure… »

Des élèves

« Cette semaine était très instructive, on a vu les différents problèmes de la société et comment se protéger. »
« Elle nous a aidés à prendre conscience des dangers de tous les jours. »
« Les activités que nous avons préférées sont celles où nous étions impliqués, comme sport et handicap, alcool au volant (parcours lunettes), le confinement et l’éducation à la sexualité. »
« Les ateliers qui nous ont moins captivés sont ceux où les discours étaient trop longs et qui n’intégraient pas de travaux pratiques. Ils étaient trop proches des cours classiques. »
« Les ateliers étaient intéressants, captivants et même pour certains émouvants : lutte contre l’exclusion, l’éducation à la sexualité, et sports et handicaps. »
« Beaucoup d’ateliers nous ont appris et rendu compte de choses importantes telles que la vie difficile des SDF et l’importance du soutien que chaque personne peut apporter aux personnes en détresse. »
« Cette semaine était vraiment bien. J’espère que nous serons amenés à en refaire une autre. »