Accueil > Animations > Nos événements > Nao, un robot ... petit mais costaud !

Nao, un robot ... petit mais costaud !

S’appuyant sur les technologies les plus récentes et innovantes, NAO peut voir, entendre, parler, sentir et communiquer.


Nao, petit humanoïde de 7 ans, a déjà un beau parcours médiatique derrière lui.

Développé par une société française Aldebaran Robotics, ce robot de 60 centimètres de haut, présenté pour la première fois en 2006, est habitué à faire le buzz depuis des années.

Ses apparitions sont toujours remarquées :
-  la RoboCup en 2007, manifestation annuelle présentée comme la Coupe du Monde de Robotique
-  l’exposition de Shanghaï en 2010, le Vendée Globe en 2012, le salon automobile de Francfort
-  En septembre 2013, il est le premier robot reçu au Palais de l’Elysée par le Président de la République, François Hollande
-  Et le 25 septembre 2013, il est présenté aux enseignants de l’Essonne, lors de la journée des élèves à besoins éducatifs particuliers, au CDDP91

Gymnastique, football et danse, Nao sait faire beaucoup de choses. Mais sa qualité première est l’aide aux soins des enfants malades et des personnes âgées ou handicapées. Le robot a été programmé pour améliorer leur quotidien.

De plus, totalement interactif, très ludique et en constante évolution, NAO est une plateforme de confiance pour l’enseignement du lycée (STI2D) à l’université.

Pourquoi enseigner avec des robots ?
Les robots permettent aux étudiants de relier théorie et pratique et de découvrir une large palette de domaines liés à la robotique tels que l’informatique, l’ingénierie et les mathématiques.
NAO permet aussi aux enseignants de favoriser le travail d’équipe, la gestion de projet, la résolution de problème le tout dans un cadre stimulant. NAO offre la souplesse nécessaire au développement de projets interdisciplinaires.

De l’autisme à l’interaction homme-machine, de nouvelles applications pour NAO sont sans cesse découvertes. Nao un robot à suivre !

Découvrez Nao en vidéo...


Article publié le mercredi 9 octobre 2013, par Isabelle Simonin