Accueil > Concours > Clic91 > Des enseignants témoignent de leur participation au concours photographique (...)

Des enseignants témoignent de leur participation au concours photographique Clic 91

Une enseignante d’école maternelle et une enseignante de collège nous font part de l’avancée de leurs travaux dans le cadre du concours photographique Clic 91


Voici le témoignage de Christelle Nicolas, enseignante en PS/GS à l’école maternelle Jean-de-la-Fontaine à Forges-les-Bains

L’affiche et le thème

Je commence toujours de la même manière, je donne le thème du concours et présente l’affiche en même temps. On part de l’affiche et de ce qu’évoquent les mots.
Les enfants ont décrit ce qu’ils voyaient sur l’affiche. Ils ont vu l’arc-en-ciel, les couleurs, l’objectif de l’appareil photo. Après je leur ai donné le titre puisqu’ils ne savent pas lire. Le plus difficile a été de cerner le 100% que l’on a mis de côté pour l’instant et nous sommes partis sur la couleur.
On a un peu discuté : La couleur qu’est ce que c’est ..? Les couleurs primaires, qu’est ce que c’est… ?
On a réalisé des expériences en classe : comment on obtient les autres couleurs par mélange des couleurs primaires ? On a exploré autour de la thématique couleur.
Les enfants ont fait remarquer que pour eux toutes les photos étaient en couleurs. Quand ils prennent des photos chez eux ou regardent les photos prises par leurs parents, les photos sont toujours des photos couleurs.

Le point de départ - Les photographies de Charlie Chaplin

Du coup, j’ai décidé de m’emparer du contraste et de partir à l’opposé de la couleur, de partir du noir et blanc. Etant fan de Charlie Chaplin j’ai entrainé les élèves dans cette direction.
L’idée pour cette année était d’inclure le concours photographique clic 91dans un projet plus vaste. Tous les ans, je réalise avec ma classe un spectacle musical. J’ai donc décidé que l’on créerait un diaporama musical fait de photos que les élèves prendront et que l’on mettra en musique.
Je suis donc partie de certaines photos noir et blanc du film « Les temps modernes » de Charlie Chaplin afin de montrer aux élèves qu’il n’y a pas que des photos couleurs, qu’avant il n’y avait que des photos noir et blanc. On a donc commencé à regarder des courts métrages de Charlie Chaplin. On s’est aperçu que non seulement il n’y avait pas « la couleur » mais qu’il n’y avait pas le son ( et qu’avant pour avoir du son, un orchestre accompagnait le film dans la salle de cinéma).
On est donc parti de cette idée, en se disant qu’on allait faire la même chose, mais au lieu de réaliser un film, ce qui est difficile avec les petits, on construira un diaporama ayant comme point de départ les photographies de Chaplin.

Une histoire pour traiter de la thématique 100 % couleurs

J’ai donc sélectionné quelques photos pour amener les élèves à écrire une histoire. L’histoire proposée par les enfants est la suivante : on voit Charlot en train de construire une machine. il met sa machine en marche avec des engrenages comme dans « Les temps modernes ». La dernière photo que j’ai choisie est une image où Charlot est avec son compagnon et où il se gratte la tête. Les enfants sont partis de cette situation : la machine ne fait que des images en noir et blanc, cela ne plait pas à Charlot qui réfléchit à la façon dont il peut mettre de la couleur.
Je me suis dit que le 100%, je pouvais l’introduire à ce niveau. C’est-à-dire que de quelque chose qui est en noir et blanc, petit à petit on va aller chercher des couleurs à droite et à gauche puis on va les mettre dans la machine qui à la fin produira des images en couleurs. On va avoir petit à petit la même photo (ou plusieurs photos) sur laquelle vont apparaitre des tâches de couleurs en fonction des différentes couleurs entrées dans la machine ( ex : si je mélange du bleu avec du jaune, cela fait du vert etc…).
L’idée, c’est de refaire l’histoire en y ajoutant la fin que les élèves ont créée eux-mêmes. On va donc repartir de Charlie Chaplin en train de construire sa machine et on va se prendre en photo devant la machine. Le seul problème est que les élèves ont dans l’idée de construire une machine géante mais je ne me vois pas réaliser une machine immense. La solution sera peut-être de construire une petite machine, de la prendre en photo et la projeter de loin de façon à avoir une grande image. Nous nous mettrons devant la grande image projetée et on pourra imaginer que la machine est réellement dernière nous. C’est peut-être encore un peu chaotique. Il est parfois difficile de savoir quoi faire avec les idées des enfants.

Un roman photo

Donc, on est parti sur le noir et blanc. Les enfants sont à fond dans Charlie Chaplin. Ils ne connaissent pas, cela leur plait. J’ai commencé par leur projeter un court métrage « Charlot à la plage », c’est drôle, les enfants adorent.
On a étudié des artistes qui ont travaillé le noir et blanc (kandinsky...) et en ce moment on effectue plusieurs réalisations plastiques en noir et blanc.
Après on réalisera la machine et les enfants se déguiseront et raconteront l’histoire. C’est un peu comme un roman photo. Cela prendra peut-être la forme d’un livre.
On prendra des photos des parties importantes de l’histoire puis de la partie qu’ils ont racontée d’après des images qui existent vraiment et ensuite on abordera toute la partie imagée.

Une chanson sur la thématique 100% couleurs et le bruitage d’un court-métrage

En parallèle, je travaille avec un auteur-compositeur. Il est venu faire écrire une chanson aux enfants qui alimentera le spectacle. Les enfants ont donc créé une chanson sur le thème de Charlie Chaplin qui n’était pas content parce qu’il avait inventé une machine qui faisait des choses en noir et blanc alors qu’il voulait de la couleur…etc.
(J’ai également inscris ma classe au festival meli-melo qui a lieu à Limours. Un intervenant viendra 4 fois dans une semaine et apprendra aux enfants à bruiter un court-métrage.)

Faire du lien

Tous ces éléments concourent à mon projet. J’essaye toujours de faire du lien entre les choses et je me suis saisi du thème 100% couleurs qui me permet d’explorer différents domaines des arts visuels, aux sciences, à la maitrise de la langue en passant par l’éducation musicale.
C’est vraiment un projet qui se construit au fur et à mesure et qui nourrit l’année scolaire.


Voici le témoignage de Marion Gabiache, professeur d’arts plastiques au collège Jean Zay de Morsang-sur-Orge.

{{}}

Au départ, à chacun d’apporter sa propre créativité

Nous avons commencé l’atelier au mois de janvier. Dès la première séance, j’ai donné aux élèves le dossier 100% couleurs que l’on trouve sur le site du CDDP et j’ai questionné les élèves à propos de la thématique 100% couleurs. Ensemble, nous avons réfléchi à ce que l’on pouvait entendre par 100% couleurs. Puis, j’ai expliqué aux élèves qu’il ne s’agissait pas uniquement de rendre une série de photographie puisqu’il fallait penser également à la présentation finale ainsi qu’à la fiche descriptive.
Dans un premier temps, j’ai donc choisi de ne pas imposer de piste d’étude puisque je voulais que chaque élève puisse photographier et réfléchir librement en 100% couleurs, sans œillère.

Le collège, un lieu d’inspiration

Après les explications, place à la pratique. Les élèves ont eu pour première mission de partir à la conquête de la couleur en arpentant le collège avec leurs appareils numériques. Les élèves ont explorés les espaces qu’ils fréquentent habituellement comme les couloirs, le CDI, les salles de classes, la cour, le gymnase et durant cette « promenade écolière », des idées ont fleuri, c’était formidable ! A travers leurs mots, le collège se révélait sous un autre jour… ils donnaient du sens à tout ce qui leur paraissait si banal au collège, c’est à dire la couleur des murs, du sol, des casiers…
(Dans le même temps, il a été demandé au club photo de réaliser la photographie qui servirait d’illustration au carnet de correspondance. Ceci explique également pourquoi nous avons beaucoup photographié le collège sous tous les angles.)

Des séances de retouches photographiques

Dès la troisième séance, les élèves ont travaillé avec les logiciel Gimp et Photoscape. Ils ont fait des retouches sur les photographies prises au collège mais aussi sur des photographies apportées en classe. Images et motifs incrustés, modifications des couleurs, de la lumière… la réalité commençait à se teinter de fiction.

Des références artistiques

J’ai fait un point concernant les prises photographiques en leur précisant qu’ils pouvaient réaliser des mises en scènes réelles avec des objets, par exemple, ou fictives en retouchant les images.
D’autre part, je leur ai montré des références artistiques comme les photographies couleurs de Raymond Depardon, exposition récente qui s’est tenue au Grand Palais.

Une piste d’étude : la couleur et la société de consommation

Voyant que tous les élèves avaient des idées très intéressantes et très variées, j’ai décidé de leur faire étudier une piste d’étude en particulier : « la couleur et la société de consommation ». Pour les aider, j’ai remis aux élèves une fiche action mentionnant des mots clefs (objet, produit, rayon, étiquette, publicité…).Les élèves ont donc été invités à arpenter d’autres lieux que le collège afin d’arriver, à la séance suivante, avec des photographies sur un thème commun.
Aujourd’hui, les élèves sont venus avec des photos. Nous sommes toujours dans une phase de recherche : Ils ont chacun leurs propres pistes mais il faut désormais que l’on fédère toutes nos idées afin de faire apparaitre une série collective de photographies.

Un travail sur les supports

Parallèlement au travail sur les prises de vue et la retouche d’images, des élèves confectionnent des supports de présentation qui accueilleront peut-être la réalisation finale. Ils ont choisi des supports cartonnés qu’ils ont peint de différentes couleurs mais aussi en noir. La question de l’installation a émergé après avoir montré aux élèves les travaux des lauréats du concours CLIC 91 des années précédentes.

La semaine prochaine, nous ferons le point sur l’avancée des travaux en regardant l’ensemble des photographies des élèves afin de tisser des liens entre elles. L’objectif, à la fin de la séance, est de mettre en lumière un ou deux intitulés pouvant qualifier les séries de photographies.

Voir en ligne : Pour consulter le dossier du concours photographique Clic 91


Article publié le mardi 25 mars 2014